UZH-Logo

Maintenance Infos

Liquidité des marchés financiers et prêteur en dernier ressort


Ewerhart, Christian; Valla, Natacha (2008). Liquidité des marchés financiers et prêteur en dernier ressort. Revue de la stabilité financière / Financial Stability Review, (11; Nu):145-160.

Abstract

À l’été 2007, les problèmes liés à la dette subprime aux États-Unis ont entraîné des perturbations sur de nombreux segments du système financier, en particulier sur les marchés monétaires interbancaires, obligeant les banques centrales américaine et européenne à intervenir à maintes reprises afin de rétablir un bon fonctionnement. Cet article examine les circonstances dans lesquelles une pénurie de liquidité peut apparaître et évalue différentes possibilités qui s’offrent au prêteur en dernier ressort pour restaurer la stabilité financière. Il montre également que l’évaluation des risques des entités financières à levier financier ne doit pas reposer uniquement sur les données de bilan, mais prendre aussi en compte, de manière
explicite, les sûretés, l’illiquidité et l’indisponibilité potentielle des prix du marché.
Nous en tirons principalement deux conclusions. Premièrement, nous établissons une hiérarchie claire entre les instruments de politique. D’après la relation entre risque et efficience, les injections de liquidité ciblées (facilités d’urgence) sont à privilégier. En effet, lorsque la liquidité est utilisée dans un but spéculatif en période de crise, les opérations d’open market non discriminatoires risquent d’attirer des participants manquant de fonds, qui peuvent détourner la monnaie centrale et en priver ceux qui en ont le plus besoin. Les injections de liquidité ciblées deviennent alors strictement préférables.
Deuxièmement, à notre avis, les cessions forcées d’actifs peuvent perturber les marchés dans le cas où les investisseurs ont un levier financier élevé. Compte non tenu du financement externe et de la renégociabilité des contrats de prêt, si un investisseur au levier total est touché par un choc sur la liquidité, il sera contraint de se défaire d’une partie de ses actifs. Sur des marchés qui ne sont pas parfaitement liquides, ces liquidations induisent des baisses de prix, qui, en présence d’entraves à la gestion standard du risque, entraînent un réexamen des bilans évalués à la valeur de marché, des appels de marge et des cessions supplémentaires. Dans le pire des scénarios, l’investisseur à fort levier ne pourra peut-être pas faire face à toutes ces contractions de la liquidité et aux appels de marge dont elles s’accompagnent. Il en résulte alors un effondrement du marché des actifs illiquides, ce qui rend la valorisation de ces actifs relativement ambiguë. Pour l’investisseur, en raison de la rupture potentielle des échanges, le niveau des pertes
déclenchant le défaut opérationnel est probablement plus bas que celui donné par les mesures standard du risque.

À l’été 2007, les problèmes liés à la dette subprime aux États-Unis ont entraîné des perturbations sur de nombreux segments du système financier, en particulier sur les marchés monétaires interbancaires, obligeant les banques centrales américaine et européenne à intervenir à maintes reprises afin de rétablir un bon fonctionnement. Cet article examine les circonstances dans lesquelles une pénurie de liquidité peut apparaître et évalue différentes possibilités qui s’offrent au prêteur en dernier ressort pour restaurer la stabilité financière. Il montre également que l’évaluation des risques des entités financières à levier financier ne doit pas reposer uniquement sur les données de bilan, mais prendre aussi en compte, de manière
explicite, les sûretés, l’illiquidité et l’indisponibilité potentielle des prix du marché.
Nous en tirons principalement deux conclusions. Premièrement, nous établissons une hiérarchie claire entre les instruments de politique. D’après la relation entre risque et efficience, les injections de liquidité ciblées (facilités d’urgence) sont à privilégier. En effet, lorsque la liquidité est utilisée dans un but spéculatif en période de crise, les opérations d’open market non discriminatoires risquent d’attirer des participants manquant de fonds, qui peuvent détourner la monnaie centrale et en priver ceux qui en ont le plus besoin. Les injections de liquidité ciblées deviennent alors strictement préférables.
Deuxièmement, à notre avis, les cessions forcées d’actifs peuvent perturber les marchés dans le cas où les investisseurs ont un levier financier élevé. Compte non tenu du financement externe et de la renégociabilité des contrats de prêt, si un investisseur au levier total est touché par un choc sur la liquidité, il sera contraint de se défaire d’une partie de ses actifs. Sur des marchés qui ne sont pas parfaitement liquides, ces liquidations induisent des baisses de prix, qui, en présence d’entraves à la gestion standard du risque, entraînent un réexamen des bilans évalués à la valeur de marché, des appels de marge et des cessions supplémentaires. Dans le pire des scénarios, l’investisseur à fort levier ne pourra peut-être pas faire face à toutes ces contractions de la liquidité et aux appels de marge dont elles s’accompagnent. Il en résulte alors un effondrement du marché des actifs illiquides, ce qui rend la valorisation de ces actifs relativement ambiguë. Pour l’investisseur, en raison de la rupture potentielle des échanges, le niveau des pertes
déclenchant le défaut opérationnel est probablement plus bas que celui donné par les mesures standard du risque.

Downloads

6 downloads since deposited on 05 Feb 2009
0 downloads since 12 months
Detailed statistics

Additional indexing

Other titles:Financial market liquidity and the lender of last resort
Item Type:Journal Article, not refereed, original work
Communities & Collections:03 Faculty of Economics > Department of Economics
Dewey Decimal Classification:330 Economics
Language:French
Date:February 2008
Deposited On:05 Feb 2009 11:21
Last Modified:05 Apr 2016 12:32
Publisher:Banque de France
ISSN:1637-4681
Official URL:http://www.banque-france.fr/fr/publications/telechar/rsf/2008/etud14_0208.pdf
Related URLs:http://www.banque-france.fr/gb/publications/telechar/rsf/2008/etud14_0208.pdf
Permanent URL: http://doi.org/10.5167/uzh-4893

Download

[img]
Filetype: PDF (English version) - Registered users only
Size: 1MB
[img]
Filetype: PDF (French version) - Registered users only
Size: 1MB

TrendTerms

TrendTerms displays relevant terms of the abstract of this publication and related documents on a map. The terms and their relations were extracted from ZORA using word statistics. Their timelines are taken from ZORA as well. The bubble size of a term is proportional to the number of documents where the term occurs. Red, orange, yellow and green colors are used for terms that occur in the current document; red indicates high interlinkedness of a term with other terms, orange, yellow and green decreasing interlinkedness. Blue is used for terms that have a relation with the terms in this document, but occur in other documents.
You can navigate and zoom the map. Mouse-hovering a term displays its timeline, clicking it yields the associated documents.

Author Collaborations