Quick Search:

uzh logo
Browse by:
bullet
bullet
bullet
bullet

Zurich Open Repository and Archive

Permanent URL to this publication: http://dx.doi.org/10.5167/uzh-53647

Bernhard, L; Bühlmann, M (2011). La démocratie directe renforce-t-elle l’efficacité politique des citoyennes et des citoyens? In: Congrès du GIS, Démocratie & Participation, Paris, 18 October 2011 - 21 October 2011.

[img]
Preview
Accepted Version
PDF
714kB

Abstract

L’introduction d’institutions de démocratie directe demeure très controversée. Lorsqu’il s’agit d’évaluer les avantages et les inconvénients de des droits populaires, les considérations théoriques portant sur les compétences des citoyennes et des citoyens revêtent une importance cruciale. D’un point de vue élitiste, les citoyens et les citoyennes ne sont pas en mesure de participer de manière adéquate à ce type de processus décisionnel. Les théoriciens tels que Schumpeter (1942) estiment que la démocratie directe est trop exigeante pour les citoyennes et les citoyens ordinaires, car les sujets soumis au vote s’avèrent souvent très complexes. Il en découle que les droits participatifs devraient se limiter aux institutions de la démocratie représentative en général et au droit de vote aux élections en particulier. A l’opposé, les représentants de la théorie intitulée ‘démocratie participative’ (Barber 1984, Pateman 1970) sont favorables à l’instauration de votes populaires. Ils postulent que ceux-ci ont pour effet de renforcer les compétences des citoyennes et des citoyens. Selon cette perspective, l’opportunité de participer à des référendums et à des initiatives incite les citoyennes et les citoyens à s’intéresser davantage à la politique et donc d’acquérir les informations et les aptitudes nécessaires. Cet article propose d’enrichir le débat sur les mérites relatifs de la démocratie directe par une analyse empirique. Nous examinerons dans quelle mesure le degré de démocratie directe influence le degré d’efficacité politique des citoyennes et des citoyens. Le concept de l’efficacité politique, élaboré par Campbell et al. (1954), se rapporte aux sentiments exprimés par les citoyennes et les citoyens d’être en mesure d’avoir un impact sur leur environnement politique respectif. L’analyse empirique porte sur le contexte local suisse. Elle s’appuie sur des données structurées de manière hiérarchique, combinant des données individuelles émanant d’une enquête d’opinion et des données contextuelles au niveau des communes sélectionnées. Le fait que les communes suisses se distinguent en ce qui concerne le développement de la démocratie directe nous permet d’examiner notre question de recherche. Notre résultat principal, obtenu à l’aide d’analyses multi-niveaux, suggère que la démocratie directe exerce un effet positif sur les deux types d’efficacité politique. En outre, nos analyses démontrent que le degré d’efficacité politique augmente plus l’implication politique est élevée. Néanmoins, il est à relever que ces écarts entre les personnes fortement et peu impliquées politiquement ont tendance à se réduire sensiblement dans les communes où la démocratie directe est plus développée.

Citations

Downloads

41 downloads since deposited on 20 Jan 2012
18 downloads since 12 months

Detailed statistics

Additional indexing

Item Type:Conference or Workshop Item (Paper), not refereed, original work
Communities & Collections:06 Faculty of Arts > Institute of Political Science
DDC:320 Political science
Language:French
Event End Date:21 October 2011
Deposited On:20 Jan 2012 09:30
Last Modified:17 Oct 2012 10:11
Official URL:http://www.participation-et-democratie.fr/sites/default/files/atelier_1-1_bernhard__buhlmann.pdf
Related URLs:http://www.participation-et-democratie.fr/fr/node/700

Users (please log in): suggest update or correction for this item

Repository Staff Only: item control page