UZH-Logo

Maintenance Infos

Agressions et victimisation: une enquête sur les délinquants violents et sexuels non détectés


Haas, Henriette. Agressions et victimisation: une enquête sur les délinquants violents et sexuels non détectés. 2001, University of Zurich, Faculty of Arts.

Abstract

Y a-t-il des criminels qui ne se laissent jamais prendre ? Et si tel était le cas, quelles sont les différences entre ces derniers et les agresseurs connus ? De plus, existe-t-il, dans le chiffre noir, des délinquants de classe moyenne sans troubles psychiques, sachant échapper aux poursuites ? Beaucoup de gens – professionnels et non-professionels – demandent aux criminologues une réponse à ces questions. Un autre sujet entraînant beaucoup de spéculations pourrait se définir comme ceci : pourquoi les délinquants et surtout les grands criminels commettent-ils de tels actes, et pourquoi sont-ils devenus ce qu’ils sont ? Cette question peut être reformulée selon les hypothèses suivantes : Les agresseurs sont-ils des gens « comme vous et moi » ? Est-ce qu’ils ont été impliqués dans une action délinquante plutôt par hasard, ou par des circonstances particulières ? Par exemple, est-ce que c’est la consommation excessive d’alcool, de drogues, ou la vision abusive de vidéos pornographiques ou violentes, qui provoquent des crimes sexuels ou violents ? En outre, on aimerait savoir s’il y a vraiment des « spécialistes » en matière criminelle, par exemple des délinquants sexuels qui commettent principalement des délits dans le domaine de la sexualité, ou si la majorité des criminels sont plutôt des « généralistes » ayant recours à la violence. Enfin, est-ce que les « causes » de la délinquance sont les mêmes pour les agresseurs ayant commis des crimes graves et les adolescents ayant commis quelques bêtises ? Est-ce que ce n’est qu’une question de gravité et de quantité des facteurs de risque présents qui détermine finalement le résultat de l’acte illégal ? Ou est-ce qu’il a une qualité entièrement différente dans les crimes graves ? Est-ce qu’il est vrai que les agresseurs ont eux-mêmes été victimes d’abus dans leur enfance, ou est-ce que ce n’est qu’une défense utilisée comme excuse devant le juge ? Si les agresseurs ont eux-mêmes été victimes d’abus dans leur enfance, leurs délits ressemblent-ils aux abus vécus en tant que victimes ? Est-ce qu’il y a un transfert direct des abus d’une génération à l’autre ? Ensuite, si les criminels ont été eux-mêmes victimes d’abus, est-ce que tous les garçons victimisés deviennent plus tard des délinquants ? Bref la discussion concernant la santé psychique des individus ayant commis des actes si radicalement destructeurs reste un problème scientifique non résolu. Les chercheurs en sciences sociales aimeraient plutôt savoir dans quelle mesure les criminels connus des autorités sont différents de ceux qui ne sont pas (encore) connus. Dans ce livre, nous tenterons de répondre à ces questions, en faisant une comparaison entre les délinquants et les criminels parmi les recrues qui ont avoué leurs actes dans ce sondage anonyme, et le reste des recrues. Dans le présent texte, nous allons aborder le sujet de la violence en général et de la violence sexuelle chez les hommes. Nous allons donc analyser les particularités des deux groupes suivants : • N = 341 recrues extrêmement violentes • N = 30 recrues qui avouent avoir commis un viol À remarquer qu’il y a 13 individus qui se retrouvent dans les deux groupes. C’est-à-dire que 43% des violeurs sont également très violents dans un contexte non sexuel, et que 3.8% des agresseurs violents sont aussi des violeurs. Nous pourrons ainsi répondre à une autre question qui est fréquemment posée aux criminologues, à savoir pourquoi quelqu’un devient-il un criminel violent, et un autre un violeur ?

Y a-t-il des criminels qui ne se laissent jamais prendre ? Et si tel était le cas, quelles sont les différences entre ces derniers et les agresseurs connus ? De plus, existe-t-il, dans le chiffre noir, des délinquants de classe moyenne sans troubles psychiques, sachant échapper aux poursuites ? Beaucoup de gens – professionnels et non-professionels – demandent aux criminologues une réponse à ces questions. Un autre sujet entraînant beaucoup de spéculations pourrait se définir comme ceci : pourquoi les délinquants et surtout les grands criminels commettent-ils de tels actes, et pourquoi sont-ils devenus ce qu’ils sont ? Cette question peut être reformulée selon les hypothèses suivantes : Les agresseurs sont-ils des gens « comme vous et moi » ? Est-ce qu’ils ont été impliqués dans une action délinquante plutôt par hasard, ou par des circonstances particulières ? Par exemple, est-ce que c’est la consommation excessive d’alcool, de drogues, ou la vision abusive de vidéos pornographiques ou violentes, qui provoquent des crimes sexuels ou violents ? En outre, on aimerait savoir s’il y a vraiment des « spécialistes » en matière criminelle, par exemple des délinquants sexuels qui commettent principalement des délits dans le domaine de la sexualité, ou si la majorité des criminels sont plutôt des « généralistes » ayant recours à la violence. Enfin, est-ce que les « causes » de la délinquance sont les mêmes pour les agresseurs ayant commis des crimes graves et les adolescents ayant commis quelques bêtises ? Est-ce que ce n’est qu’une question de gravité et de quantité des facteurs de risque présents qui détermine finalement le résultat de l’acte illégal ? Ou est-ce qu’il a une qualité entièrement différente dans les crimes graves ? Est-ce qu’il est vrai que les agresseurs ont eux-mêmes été victimes d’abus dans leur enfance, ou est-ce que ce n’est qu’une défense utilisée comme excuse devant le juge ? Si les agresseurs ont eux-mêmes été victimes d’abus dans leur enfance, leurs délits ressemblent-ils aux abus vécus en tant que victimes ? Est-ce qu’il y a un transfert direct des abus d’une génération à l’autre ? Ensuite, si les criminels ont été eux-mêmes victimes d’abus, est-ce que tous les garçons victimisés deviennent plus tard des délinquants ? Bref la discussion concernant la santé psychique des individus ayant commis des actes si radicalement destructeurs reste un problème scientifique non résolu. Les chercheurs en sciences sociales aimeraient plutôt savoir dans quelle mesure les criminels connus des autorités sont différents de ceux qui ne sont pas (encore) connus. Dans ce livre, nous tenterons de répondre à ces questions, en faisant une comparaison entre les délinquants et les criminels parmi les recrues qui ont avoué leurs actes dans ce sondage anonyme, et le reste des recrues. Dans le présent texte, nous allons aborder le sujet de la violence en général et de la violence sexuelle chez les hommes. Nous allons donc analyser les particularités des deux groupes suivants : • N = 341 recrues extrêmement violentes • N = 30 recrues qui avouent avoir commis un viol À remarquer qu’il y a 13 individus qui se retrouvent dans les deux groupes. C’est-à-dire que 43% des violeurs sont également très violents dans un contexte non sexuel, et que 3.8% des agresseurs violents sont aussi des violeurs. Nous pourrons ainsi répondre à une autre question qui est fréquemment posée aux criminologues, à savoir pourquoi quelqu’un devient-il un criminel violent, et un autre un violeur ?

Altmetrics

Downloads

261 downloads since deposited on 24 Jun 2014
150 downloads since 12 months
Detailed statistics

Additional indexing

Other titles:Gewalt und Viktimisierung = Violence and Victimization
Item Type:Habilitation
Communities & Collections:06 Faculty of Arts > Institute of Psychology
Dewey Decimal Classification:150 Psychology
Uncontrolled Keywords:aggression violence rape offender juvenile cross-sectional self-report crime swiss recruits 1997 trauma victimization
Language:French
Date:August 2001
Deposited On:24 Jun 2014 12:22
Last Modified:05 Apr 2016 17:55
Number of Pages:484
ISBN:3-7941-4915-7
Funders:SNF, ch-x
Related URLs:http://www.chx.ch/p78_Autres-publications.html (Publisher)
http://www.psychologie.uzh.ch/institut/angehoerige/dozierende/haas.html (Author)
http://www.henriette-haas.com/biblio.en.html (Author)
Permanent URL: https://doi.org/10.5167/uzh-96773

Download

[img]
Preview
Filetype: PDF
Size: 3MB

TrendTerms

TrendTerms displays relevant terms of the abstract of this publication and related documents on a map. The terms and their relations were extracted from ZORA using word statistics. Their timelines are taken from ZORA as well. The bubble size of a term is proportional to the number of documents where the term occurs. Red, orange, yellow and green colors are used for terms that occur in the current document; red indicates high interlinkedness of a term with other terms, orange, yellow and green decreasing interlinkedness. Blue is used for terms that have a relation with the terms in this document, but occur in other documents.
You can navigate and zoom the map. Mouse-hovering a term displays its timeline, clicking it yields the associated documents.

Author Collaborations