Header

UZH-Logo

Maintenance Infos

Eloge der Anfänglichkeit


Baschera, Marco (2008). Eloge der Anfänglichkeit. Babylonia: Zeitschrift für Sprachunterricht und Sprachenlernen, 08(1):56-59.

Abstract

Cet article traite la question du rapport entre les différentes langues dans le plurilinguisme. D’une part, il soutient la thèse selon laquelle pensée et langue sont intimément liées, mais, d’autre part, il s’oppose à la théorie d’un relativisme absolu qui prétend que chaque langue possède sa manière à elle de penser. A l’aide d’une poésie de Mallarmé, il montre à quel point la littérature est capable d’ouvrir les registres trop restreints d’une langue dite
de communication, et à quel point une ambiguïté irréductible qui lui est inhérente peut nous amener à considérer les langues dans un état de naissance continuelle qui les met en rapport avec d’autres langues. En évoquant “Le monologisme de l’autre” de Derrida, il aborde pour finir les questions délicates de l’identité linguistique et culturelle ainsi que celle de l’unité d’une langue. Il constate une impossibilité de parler de “sa propre” langue, celle-ci étant déjà plurilingue, un mélange d’autres dialectes et langues. Le monolinguisme est toujours celui de l’autre, d’une nation, d’un empire, etc. qui veulent réduire les langues à l’Un, à l’hégémonie de l’homogène.

Abstract

Cet article traite la question du rapport entre les différentes langues dans le plurilinguisme. D’une part, il soutient la thèse selon laquelle pensée et langue sont intimément liées, mais, d’autre part, il s’oppose à la théorie d’un relativisme absolu qui prétend que chaque langue possède sa manière à elle de penser. A l’aide d’une poésie de Mallarmé, il montre à quel point la littérature est capable d’ouvrir les registres trop restreints d’une langue dite
de communication, et à quel point une ambiguïté irréductible qui lui est inhérente peut nous amener à considérer les langues dans un état de naissance continuelle qui les met en rapport avec d’autres langues. En évoquant “Le monologisme de l’autre” de Derrida, il aborde pour finir les questions délicates de l’identité linguistique et culturelle ainsi que celle de l’unité d’une langue. Il constate une impossibilité de parler de “sa propre” langue, celle-ci étant déjà plurilingue, un mélange d’autres dialectes et langues. Le monolinguisme est toujours celui de l’autre, d’une nation, d’un empire, etc. qui veulent réduire les langues à l’Un, à l’hégémonie de l’homogène.

Statistics

Downloads

38 downloads since deposited on 24 Feb 2009
4 downloads since 12 months
Detailed statistics

Additional indexing

Item Type:Journal Article, not refereed, original work
Communities & Collections:06 Faculty of Arts > Institute of Romance Studies
Dewey Decimal Classification:800 Literature, rhetoric & criticism
470 Latin & Italic languages
410 Linguistics
440 French & related languages
460 Spanish & Portuguese languages
450 Italian, Romanian & related languages
Language:German
Date:2008
Deposited On:24 Feb 2009 20:12
Last Modified:05 Apr 2016 13:05
Publisher:Fondazione Lingue e Culture
ISSN:1420-0007
Official URL:http://www.babylonia-ti.ch/BABY108/PDF/baschera.pdf

Download

Preview Icon on Download
Preview
Filetype: PDF
Size: 311kB