Header

UZH-Logo

Maintenance Infos

La cité des Peuples: mémoires de cosmopolitismes


Cheneval, Francis (2005). La cité des Peuples: mémoires de cosmopolitismes. Paris: Les Éditions du Cerf.

Abstract

Les nouveaux et nombreux défis de la constellation « postnationale » rendent plus actuelle que jamais une ancienne idée philosophique : le cosmopolitisme. Dans ses variantes modernes, celui-ci pose l'autonomie de l'individu humain comme norme fondamentale de toute construction politique. Le cosmopolitisme représente donc une alternative aussi bien au nationalisme qu'à la théorie normative d'un monde multipolaire de confrontations entre empires.

L'ouvrage montre que le cosmopolitisme peut être considéré comme une conséquence des principes de la philosophie politique moderne. Définissant les bases normatives de l'État-nation démocratique, elle comprend ce dernier comme une réalisation temporaire des principes cosmopolitiques et la nation comme une entité politique qui doit, graduellement, être intégrée dans une construction intergouvernementale et cosmopolitique. L'étude s'achève sur un aperçu du cosmopolitisme dans la philosophie politique actuelle. L'auteur propose un cosmopolitisme processuel qui défende une intégration graduelle, progressive et pragmatique vers la sécularisation du droit et de l'autonomie de l'individu par l'interconnexion d'institutions nationales, intergouvernementales et supranationales. La cité des peuples n'est donc pas l'anticipation normative d'un État mondial, mais la volonté d'un processus d'intégration différenciée entre les peuples démocratiquement constitués.

Abstract

Les nouveaux et nombreux défis de la constellation « postnationale » rendent plus actuelle que jamais une ancienne idée philosophique : le cosmopolitisme. Dans ses variantes modernes, celui-ci pose l'autonomie de l'individu humain comme norme fondamentale de toute construction politique. Le cosmopolitisme représente donc une alternative aussi bien au nationalisme qu'à la théorie normative d'un monde multipolaire de confrontations entre empires.

L'ouvrage montre que le cosmopolitisme peut être considéré comme une conséquence des principes de la philosophie politique moderne. Définissant les bases normatives de l'État-nation démocratique, elle comprend ce dernier comme une réalisation temporaire des principes cosmopolitiques et la nation comme une entité politique qui doit, graduellement, être intégrée dans une construction intergouvernementale et cosmopolitique. L'étude s'achève sur un aperçu du cosmopolitisme dans la philosophie politique actuelle. L'auteur propose un cosmopolitisme processuel qui défende une intégration graduelle, progressive et pragmatique vers la sécularisation du droit et de l'autonomie de l'individu par l'interconnexion d'institutions nationales, intergouvernementales et supranationales. La cité des peuples n'est donc pas l'anticipation normative d'un État mondial, mais la volonté d'un processus d'intégration différenciée entre les peuples démocratiquement constitués.

Statistics

Altmetrics

Additional indexing

Item Type:Monograph
Communities & Collections:06 Faculty of Arts > Institute of Philosophy
01 Faculty of Theology > Center for Ethics
Dewey Decimal Classification:100 Philosophy
170 Ethics
Language:French
Date:2005
Deposited On:15 Dec 2011 07:51
Last Modified:07 Dec 2017 10:21
Publisher:Les Éditions du Cerf
Series Name:Humanités
Number of Pages:303
ISBN:2-204-07599-X
Related URLs:http://opac.nebis.ch/F/?local_base=NEBIS&CON_LNG=GER&func=find-b&find_code=SYS&request=005176103

Download

Full text not available from this repository.