Header

UZH-Logo

Maintenance Infos

Chlamydia bei Mensch und Tier


Chlamydia bei Mensch und Tier. Edited by: Pospischil, A (2014). Zürich: Verein "Forschung für Leben".

Abstract

Les chlamydiae sont des bacteries avec des caracterist!ques particulières: elles se multiplient exclusivement par voie intracellulaire via un cycle de developpement unique en son genre.
Contrairement a d'autres bacteries, elles ne peuvent pas être cultivees en milieux de culture dans des boites de Petri, mais dependent de cellules vivantes pour se propager. Cette fonctionnalité facilite Ja survie des chlamydiae et rend leur élimination tres difficile comme de nombreux medicaments ne peuvent pas penetrer dans !es cellules. En outre, dans la cellule höre, !es chlamydiae se distinguent par un cycle de propagation biophysique specifique qui leur permet «d'echapper» aux mécanismes de defense de l'höte. Tout au long de leur evolution, !es chlamydiae ont su se defaire des parts genomiques devenues superflues a Ja survie intracellulaire. Ainsi, elles ont perdu Ja capacité de syntheriser divers produits metaboliques, devant des lors !es «importer» de leur cellule höre, phenomene qui a contribue a aussi faire qualifier !es chlamydiae de «parasites d'énergie».
Le genre des chlamydiae comprend neuf especes dotees d'une
gamme d'hötes tres differents:
• C. trachomatis: infection et inflammation de la conjonctive de l'ceil, principalement chez l'homme; connu sous la forme de trachöme. Certains serotypes de C. trachomatis sont sexuellement transmissibles et peuvent causer l'infertilite.
• C. psittaci: presque tous !es oiseaux sauvages, !es oiseaux de compagnie et !es volailles sont sensibles a cette infection. Elle est transmissible a l'homme et provoque une pneumonie severe (psittacose) .
• C. pneumoniae: provoque des infections des voies respiratoires chez l'homme et chez differentes especes animales.
• C. abortus: affecte principalement !es ovins et !es caprins.
La maladie conduit a des avortements et, par consequent; a d'hpportantes pertes economiques. Les bacteries peuvent etre transmises a l'homme et, chez !es femmes, aussi entrainer un avortement .
• c. pecorum: a ce jour, eile n'a ere derectee que chez !es animaux.
La bacterie provoque une inflammation du cerveau et de la moelle epiniere, des articulations, de la conjonctive oculaire, de l'intestin, la glande mammaire et du poumon.
• C. felis: le chat est l'höte Je plus important de cette forme de la bacterie. Elle se manifeste comme infection de la conjonctive des yeux et des voies respiratoires superieures.
• C. caviae: eile declenche des infections de Ja conjonctive et de la cornee oculaire ainsi que de,s organes genitaux, principalement chez !es cochons d'Inde. Lors de contacts etroits avec ces animaux, la maladie peut egalement erre transmise a l'homme.
• c. suis: e ce jour, cette forme a ete isolée principalement chez Je porc domestique. L'infection se traduit par une conjonctivite oculaire de meme que par une inflammation du cölon et du poumon.
• C. muridarum: leurs cellules hötes existent surtout chez !es hamsters et !es souris. L'agent pathogene provoque des inflammations de la gorge, des bronchites et des pneumonies ainsi que des infections ascendantes dans Je tractus urogenital, pouvant conduire a l'infertilité.
Lorsqu'une infection aux chlamydiae a ete detectee, ses symptômes peuvent etre traites par divers antibiotiques. Parvenir a eliminer !es agents pathogenes reste toutefois une démarche a prouver puisqu'au cours de leur developpement, !es chlamydiae ont developpe Ja capacite de se mettre dans une sorte de «phase d'hibernation» dans !es cellules hötes, un phenomene qualifie de «persistance». Durant cette phase, !es agents pathogènes réduisent considerablement leur activite merabolique et de division; bases sur la detection d'antigenes, divers procedes de détection ne permettent neanmoins pratiquement plus de !es mettre en lumiere. Certes, une détection gnomique effectuee au moyen d'une PCR par exemple est possible. Dans des conditions de croissance differentes, !es chlamydiae peuvent etre «tirées» de leur hibernation puis poursuivre leurs activites. Pour !'heure, Je röle et la portee de ces processus font l'objet d'études intensives.

Abstract

Les chlamydiae sont des bacteries avec des caracterist!ques particulières: elles se multiplient exclusivement par voie intracellulaire via un cycle de developpement unique en son genre.
Contrairement a d'autres bacteries, elles ne peuvent pas être cultivees en milieux de culture dans des boites de Petri, mais dependent de cellules vivantes pour se propager. Cette fonctionnalité facilite Ja survie des chlamydiae et rend leur élimination tres difficile comme de nombreux medicaments ne peuvent pas penetrer dans !es cellules. En outre, dans la cellule höre, !es chlamydiae se distinguent par un cycle de propagation biophysique specifique qui leur permet «d'echapper» aux mécanismes de defense de l'höte. Tout au long de leur evolution, !es chlamydiae ont su se defaire des parts genomiques devenues superflues a Ja survie intracellulaire. Ainsi, elles ont perdu Ja capacité de syntheriser divers produits metaboliques, devant des lors !es «importer» de leur cellule höre, phenomene qui a contribue a aussi faire qualifier !es chlamydiae de «parasites d'énergie».
Le genre des chlamydiae comprend neuf especes dotees d'une
gamme d'hötes tres differents:
• C. trachomatis: infection et inflammation de la conjonctive de l'ceil, principalement chez l'homme; connu sous la forme de trachöme. Certains serotypes de C. trachomatis sont sexuellement transmissibles et peuvent causer l'infertilite.
• C. psittaci: presque tous !es oiseaux sauvages, !es oiseaux de compagnie et !es volailles sont sensibles a cette infection. Elle est transmissible a l'homme et provoque une pneumonie severe (psittacose) .
• C. pneumoniae: provoque des infections des voies respiratoires chez l'homme et chez differentes especes animales.
• C. abortus: affecte principalement !es ovins et !es caprins.
La maladie conduit a des avortements et, par consequent; a d'hpportantes pertes economiques. Les bacteries peuvent etre transmises a l'homme et, chez !es femmes, aussi entrainer un avortement .
• c. pecorum: a ce jour, eile n'a ere derectee que chez !es animaux.
La bacterie provoque une inflammation du cerveau et de la moelle epiniere, des articulations, de la conjonctive oculaire, de l'intestin, la glande mammaire et du poumon.
• C. felis: le chat est l'höte Je plus important de cette forme de la bacterie. Elle se manifeste comme infection de la conjonctive des yeux et des voies respiratoires superieures.
• C. caviae: eile declenche des infections de Ja conjonctive et de la cornee oculaire ainsi que de,s organes genitaux, principalement chez !es cochons d'Inde. Lors de contacts etroits avec ces animaux, la maladie peut egalement erre transmise a l'homme.
• c. suis: e ce jour, cette forme a ete isolée principalement chez Je porc domestique. L'infection se traduit par une conjonctivite oculaire de meme que par une inflammation du cölon et du poumon.
• C. muridarum: leurs cellules hötes existent surtout chez !es hamsters et !es souris. L'agent pathogene provoque des inflammations de la gorge, des bronchites et des pneumonies ainsi que des infections ascendantes dans Je tractus urogenital, pouvant conduire a l'infertilité.
Lorsqu'une infection aux chlamydiae a ete detectee, ses symptômes peuvent etre traites par divers antibiotiques. Parvenir a eliminer !es agents pathogenes reste toutefois une démarche a prouver puisqu'au cours de leur developpement, !es chlamydiae ont developpe Ja capacite de se mettre dans une sorte de «phase d'hibernation» dans !es cellules hötes, un phenomene qualifie de «persistance». Durant cette phase, !es agents pathogènes réduisent considerablement leur activite merabolique et de division; bases sur la detection d'antigenes, divers procedes de détection ne permettent neanmoins pratiquement plus de !es mettre en lumiere. Certes, une détection gnomique effectuee au moyen d'une PCR par exemple est possible. Dans des conditions de croissance differentes, !es chlamydiae peuvent etre «tirées» de leur hibernation puis poursuivre leurs activites. Pour !'heure, Je röle et la portee de ces processus font l'objet d'études intensives.

Statistics

Downloads

2 downloads since deposited on 01 Sep 2014
0 downloads since 12 months
Detailed statistics

Additional indexing

Other titles:Les chlamydiae - chez l'homme et chez l'animal
Item Type:Edited Scientific Work
Communities & Collections:05 Vetsuisse Faculty > Institute of Veterinary Pathology
Dewey Decimal Classification:570 Life sciences; biology
Language:German
Date:August 2014
Deposited On:01 Sep 2014 14:53
Last Modified:05 Apr 2016 18:21
Publisher:Verein "Forschung für Leben"
Volume:88
Number of Pages:8
ISSN:1661-9854

Download

Preview Icon on Download
Filetype: PDF - Registered users only
Size: 875kB