Header

UZH-Logo

Maintenance Infos

I giornali di Guglielmo Francesco Galletti. Imprenditoria tipografica e conformismo politico nella Parigi rivoluzionaria


Zaugg, Roberto (2007). I giornali di Guglielmo Francesco Galletti. Imprenditoria tipografica e conformismo politico nella Parigi rivoluzionaria. Rivista storica italiana, 119(3):1001-1047.

Abstract

Guglielmo Francesco Galletti († 1798) était un imprimeur, éditeur et journaliste originaire du Piémont actif à Paris pendant la Révolution française. Parmi ses clients il comptait Maximilien Robespierre, Pierre-Antoine Antonelle, Jean-Marie Collot d’Herbois, Filippo Buonarroti, Edmond Louis Alexis Dubois-Crancé et Charles-Nicolas Osselin. Avec Osselin en novembre 1792 Galletti fonda le „Journal des Lois de la République une et indivisible“. Le „Monitore italiano politico e letterario“, édité en 1793 à Nice par le jacobin piémontais Giovanni Antonio Ranza, publia régulièrement des articles du « Journal des Lois » en traduction italienne. Dans l’an II Galletti publia aussi le „Journal de la Commune“, consacré aux travaux de la première Commune de Paris. Terroriste pendant la Terreur, le « Journal des Lois » devint violemment thermidorien après Thermidor et participa à la campagne de calomnies lancée contre Robespierre et sa « faction anthropophage ». Parmi les rédacteurs du „Journal des Lois“ il y avait probablement Joseph Maria Piccini (Giuseppe Maria Piccinni), fils du célèbre compositeur Niccolò Vito Piccinni. Dans l’an III Galletti polémiqua avec „Le Tribun du Peuple“ de Babeuf. Avec le début du régime du Directoire le quotidien de Galletti changea son nom, en devenant le „Journal des Lois des deux Conseils et du Directoire de la République française“. Après les élections de l’an V, le journal prit le nom de „Le Pacificateur“, auquel collaborèrent Dominique-Joseph Garat et Pierre-Louis Ginguené. Les rédacteurs responsables étaient Galletti et Jean-Baptiste Picquenard, ci-devant secrétaire de la commission civile de Sonthonax à Saint-Domingue et futur auteur du roman historique „Adonis, ou Le bon nègre“. En collaboration avec Agnelli (éditeur à Lugano) et avec Cougnet (éditeur à Nice), en 1797 Galletti lança un nouveau journal, nommé „L’Italiano imparziale. Gazzetta politica e letteraria“ et destiné à diffuser la propagande française dans « Républiques sœurs » d’Italie. Galletti mourut en prairial an VI (1798). Peu après, la publication du Pacificateur cessa. Après la mort de Galletti, l’imprimerie fut dirigée par sa veuve.

Abstract

Guglielmo Francesco Galletti († 1798) était un imprimeur, éditeur et journaliste originaire du Piémont actif à Paris pendant la Révolution française. Parmi ses clients il comptait Maximilien Robespierre, Pierre-Antoine Antonelle, Jean-Marie Collot d’Herbois, Filippo Buonarroti, Edmond Louis Alexis Dubois-Crancé et Charles-Nicolas Osselin. Avec Osselin en novembre 1792 Galletti fonda le „Journal des Lois de la République une et indivisible“. Le „Monitore italiano politico e letterario“, édité en 1793 à Nice par le jacobin piémontais Giovanni Antonio Ranza, publia régulièrement des articles du « Journal des Lois » en traduction italienne. Dans l’an II Galletti publia aussi le „Journal de la Commune“, consacré aux travaux de la première Commune de Paris. Terroriste pendant la Terreur, le « Journal des Lois » devint violemment thermidorien après Thermidor et participa à la campagne de calomnies lancée contre Robespierre et sa « faction anthropophage ». Parmi les rédacteurs du „Journal des Lois“ il y avait probablement Joseph Maria Piccini (Giuseppe Maria Piccinni), fils du célèbre compositeur Niccolò Vito Piccinni. Dans l’an III Galletti polémiqua avec „Le Tribun du Peuple“ de Babeuf. Avec le début du régime du Directoire le quotidien de Galletti changea son nom, en devenant le „Journal des Lois des deux Conseils et du Directoire de la République française“. Après les élections de l’an V, le journal prit le nom de „Le Pacificateur“, auquel collaborèrent Dominique-Joseph Garat et Pierre-Louis Ginguené. Les rédacteurs responsables étaient Galletti et Jean-Baptiste Picquenard, ci-devant secrétaire de la commission civile de Sonthonax à Saint-Domingue et futur auteur du roman historique „Adonis, ou Le bon nègre“. En collaboration avec Agnelli (éditeur à Lugano) et avec Cougnet (éditeur à Nice), en 1797 Galletti lança un nouveau journal, nommé „L’Italiano imparziale. Gazzetta politica e letteraria“ et destiné à diffuser la propagande française dans « Républiques sœurs » d’Italie. Galletti mourut en prairial an VI (1798). Peu après, la publication du Pacificateur cessa. Après la mort de Galletti, l’imprimerie fut dirigée par sa veuve.

Statistics

Additional indexing

Item Type:Journal Article, refereed, original work
Communities & Collections:06 Faculty of Arts > Institute of History
Dewey Decimal Classification:900 History
Uncontrolled Keywords:French History, Italian (European History), French Revolution, Censorship (History), Printing History, History of Journalism, Paris, History of Paris, Jacobinism, Babeuf, Maximilien Robespierre
Language:Italian
Date:2007
Deposited On:06 Sep 2019 13:27
Last Modified:17 Sep 2019 20:32
Publisher:Edizioni Scientifiche Italiane SpA
ISSN:0035-7073
Additional Information:A shortened and slightly revised version has been published in de Valle Sicida, 2016
OA Status:Closed
Related URLs:https://www.recherche-portal.ch/primo-explore/fulldisplay?docid=ebi01_prod001003623&context=L&vid=ZAD&search_scope=default_scope&tab=default_tab&lang=de_DE (Library Catalogue)

Download

Full text not available from this repository.
Get full-text in a library