Header

UZH-Logo

Maintenance Infos

De la Clef d’amour à l’Ovide De arte amandi : Genèse et fortune d’un recueil au XVIe siècle


Maillet, Fanny; Montorsi, Francesco (2020). De la Clef d’amour à l’Ovide De arte amandi : Genèse et fortune d’un recueil au XVIe siècle. Paris: Editions des archives contemporaines.

Abstract

Personne ou presque n’a jamais entendu parler du De Ovide arte amandi. C’est pourtant ce recueil, imprimé au XVIe siècle, qui a garanti la diffusion tout au long de la Renaissance de l’Ars amatoria en français. S’il atteste de la lecture du texte ovidien à cette époque, il témoigne aussi de sa relecture au fil d’une tradition qui remonte en réalité deux ou trois siècles auparavant: héritière des différentes versions déclinées au Moyen Âge sous forme de traductions libres, l’imprimerie a ainsi sélectionné et adapté au contexte éditorial les arts d’aimer en français, dont celui attribué à Jacques d’Amiens et l’anonyme Clef d’amors. Situé entre Moyen Âge et Renaissance, le livre ici examiné a subi le sort d’autres ouvrages publiés en cette période de transition, objets perdus dans un no man’s land disciplinaire. Il était donc souhaitable de mener une enquête sur cet ouvrage négligé et par certains aspects mystérieux. Si elle n’a pas résolu toutes ses énigmes, l’étude ici menée et le catalogue dont elle est assortie contribuent à mettre en lumière une tradition complexe – jalonnée d’éditions avec fausses adresses, d’éditions sans indications typographiques, ou encore d’éditions «quasi-identiques» – et la fortune exceptionnelle d’un recueil méconnu qui représente, en l’état actuel de nos connaissances, le premier ouvrage parisien publié sous une fausse adresse.

Abstract

Personne ou presque n’a jamais entendu parler du De Ovide arte amandi. C’est pourtant ce recueil, imprimé au XVIe siècle, qui a garanti la diffusion tout au long de la Renaissance de l’Ars amatoria en français. S’il atteste de la lecture du texte ovidien à cette époque, il témoigne aussi de sa relecture au fil d’une tradition qui remonte en réalité deux ou trois siècles auparavant: héritière des différentes versions déclinées au Moyen Âge sous forme de traductions libres, l’imprimerie a ainsi sélectionné et adapté au contexte éditorial les arts d’aimer en français, dont celui attribué à Jacques d’Amiens et l’anonyme Clef d’amors. Situé entre Moyen Âge et Renaissance, le livre ici examiné a subi le sort d’autres ouvrages publiés en cette période de transition, objets perdus dans un no man’s land disciplinaire. Il était donc souhaitable de mener une enquête sur cet ouvrage négligé et par certains aspects mystérieux. Si elle n’a pas résolu toutes ses énigmes, l’étude ici menée et le catalogue dont elle est assortie contribuent à mettre en lumière une tradition complexe – jalonnée d’éditions avec fausses adresses, d’éditions sans indications typographiques, ou encore d’éditions «quasi-identiques» – et la fortune exceptionnelle d’un recueil méconnu qui représente, en l’état actuel de nos connaissances, le premier ouvrage parisien publié sous une fausse adresse.

Statistics

Citations

Dimensions.ai Metrics

Altmetrics

Additional indexing

Item Type:Monograph
Communities & Collections:06 Faculty of Arts > Institute of Romance Studies
Dewey Decimal Classification:800 Literature, rhetoric & criticism
470 Latin & Italic languages
410 Linguistics
440 French & related languages
460 Spanish & Portuguese languages
450 Italian, Romanian & related languages
Language:French
Date:2020
Deposited On:13 Feb 2021 09:27
Last Modified:13 Feb 2021 09:33
Publisher:Editions des archives contemporaines
ISBN:9782813003676
OA Status:Closed
Publisher DOI:https://doi.org/10.17184/eac.9782813003676
Official URL:https://archivescontemporaines.net/books/9782813003676

Download

Full text not available from this repository.
View at publisher

Get full-text in a library